Discours prononcé par le député européen Christophe Hansen pendant le débat à propos de la ratification de l’accord commercial avec le Vietnam en date du 11 février 2020 à Strasbourg

 

Madame La Présidente,

 

Le gouvernement américain affirme que la règle du plus fort serait le principe directeur des modèles commerciaux du 21e siècle.

 

Demain, nous aurons la chance historique de leur prouver le contraire.

 

Montrons au monde entier que notre engagement à l’égard d’un commerce juste et basé sur des règles claires, indépendant de la taille du partenaire reste la règle d’or à suivre.

 

Oui, le Vietnam est un pays en voie de développement.

 

Et évidemment le processus de modernisation économique, environnemental et surtout sociale est loin d’être achevée.

 

Or la ratification de cet accord ne signifie pas – comme le Président Bernd Lange l’a souligné à juste titre – de mettre fin à la conversation, et ne signifie pas de fermer les yeux sur la situation des droits de l’homme au Vietnam, et surtout pas de donner un chèque en blanc au gouvernement vietnamien.

 

D’ailleurs, notre Président Sassoli rencontre le vice-ministre aux affaires étrangères, Bui Thanh Son, aujourd’hui, ici au Parlement européen.

 

45 ans après la fin de la guerre du Vietnam, 30 ans depuis l’ouverture de nos relations diplomatiques,

 

Mesdames et Messieurs,

 

le consentement que je soutiens et que nous avons sur la table nous permettra justement d’intensifier la conversation avec la contrepartie vietnamienne et cette fois-ci avec

de véritables leviers et des plateformes crédibles.

 

Le comité conjoint revendiqué et obtenu par ce parlement nous permettra justement de faire pression, afin de promouvoir le changement socio-économique et l’amélioration de la vie de tous les Vietnamiens.